Devenir  partenaire ? 

logo wepot

WEPOT réinvente l'arrosage💧🌸 -20% sur les ollas individuelles avec le code OLLA2024

Nos 20 idées pour faire un jardin écologique à 100% !

jardin écologique abeille
Table des matières

De l’envie d’un coin vert à la concrétisation d’un paradis écologique, l’art du jardinage n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui. Vivre en harmonie avec la nature, tout en profitant de ses bienfaits, est devenu une nécessité pour beaucoup d’entre nous. Adopter une approche écologique dans l’aménagement et l’entretien de son jardin permet non seulement de réduire son empreinte carbone, mais aussi de bénéficier d’un espace sain et harmonieux. Vous rêvez d’un jardin respectueux de l’environnement, mais vous ne savez pas par où commencer ? Plongez dans nos 20 idées pour faire un jardin 100% écologique et transformer votre extérieur en un véritable havre écologique !

Comment faire un jardin écologique sans avoir à multiplier les efforts ?

Il ne faut pas voir la mise en place des techniques de jardinages plus respectueuses de la biodiversité. Il faut savoir que sur le long terme, ce sont des avantages écologiques, économiques et même physiques !

1. La Permaculture : Le fondement d’un jardin équilibré

La permaculture est bien plus qu’une méthode de jardinage : c’est une philosophie. Son principe ? Travailler avec la nature et non contre elle.

C’est une approche de conception systémique visant à créer des systèmes agricoles productifs qui ont la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels. Elle intègre les plantes, les animaux, les constructions et les personnes dans un environnement interconnecté.

En pratiquant la permaculture, vous encouragez la biodiversité, réduisez les déchets (tout est ressource), et créez un jardin qui peut s’auto-suffire en grande partie en matière de fertilité et de lutte contre les nuisibles.

2. Choisir des plantes locales

Adaptables, résistantes et nécessitant moins d’entretien, les plantes indigènes sont un choix incontournable pour un jardin écologique. Les plantes indigènes, ou autochtones, ont évolué et se sont adaptées à l’environnement local depuis des milliers d’années. Cette longue période d’adaptation leur a permis de développer une résistance naturelle aux maladies et aux parasites locaux, réduisant ainsi le besoin d’interventions humaines telles que l’arrosage ou l’application de pesticides.

De plus, ces plantes attirent la faune native, comme les insectes pollinisateurs et les oiseaux, favorisant ainsi la biodiversité. En choisissant des plantes adaptées à votre région, vous contribuez à réduire l’empreinte carbone liée au transport des plantes et soutenez les écosystèmes locaux.

3. Le compostage : L’or noir du jardinier

Au lieu de jeter vos déchets organiques, transformez-les en compost. Ce dernier nourrira votre sol, le rendant plus fertile et réduira vos déchets.

Le compostage est le processus de décomposition des matières organiques par des micro-organismes. En compostant vos déchets de cuisine et de jardin, vous réduisez la quantité de déchets envoyés en décharge, tout en créant un amendement riche pour enrichir votre sol. Le compost apporte aux plantes des nutriments essentiels, améliore la structure du sol, favorise la rétention d’eau et stimule la vie microbienne. De plus, c’est une alternative écologique et économique aux engrais chimiques.

4. Économiser l’eau grâce à la récupération d’eau de pluie

L’eau est une ressource précieuse, et pourtant, de nombreux jardiniers utilisent de l’eau potable pour arroser leurs plantes. Installer un récupérateur d’eau de pluie est une solution écologique et économique.

L’eau de pluie est généralement douce, sans chlore ni calcaire, ce qui la rend idéale pour l’arrosage. De plus, elle est gratuite ! Un récupérateur d’eau peut être aussi simple qu’un baril placé sous une descente de gouttière ou un système plus élaboré avec filtration et pompes.

5. Utiliser le paillage dans un jardin écologique

Le paillage consiste à recouvrir la surface du sol autour des plantes avec des matériaux organiques comme des feuilles mortes, de la paille, du broyat ou des copeaux de bois.

Ce procédé offre de nombreux avantages : il conserve l’humidité du sol, réduit l’évaporation, prévient l’érosion, limite la croissance des mauvaises herbes et, en se décomposant, enrichit le sol en matières organiques. C’est une technique simple mais efficace pour protéger et nourrir le sol naturellement.

6. Laissez une partie de votre jardin en friche

Il n’est pas nécessaire que chaque centimètre de votre jardin soit soigné ou cultivé. Laisser une zone en friche, avec des herbes hautes, des fleurs sauvages et des buissons, peut offrir un habitat précieux pour la faune, des insectes aux petits mammifères.

Cette zone sauvage favorise la biodiversité, aide à la pollinisation et offre un refuge aux prédateurs naturels des nuisibles. Elle joue également un rôle important dans la santé du sol en le protégeant de l’érosion.

7. Lutter naturellement contre les ravageurs dans un jardin écologique

Tout jardinier a déjà été confronté aux ravageurs qui, s’ils ne sont pas contrôlés, peuvent causer de sérieux dégâts. Heureusement, il existe des méthodes naturelles pour repousser ces indésirables sans nuire à l’écosystème du jardin.

Par exemple, les coccinelles sont les prédateurs naturels de nombreux pucerons. En les introduisant ou en les attirant dans votre jardin, vous bénéficierez d’une méthode naturelle de contrôle des pucerons. Les guêpes pondent leurs œufs dans les larves de ravageurs, comme les chenilles. Lorsque les larves éclosent, elles se nourrissent de l’hôte de l’intérieur.

Préférez donc des méthodes écologiques comme les auxiliaires (coccinelles, chrysopes), les pièges à phéromones ou les préparations naturelles.

8. Opter pour des engrais verts

Les engrais chimiques peuvent polluer les cours d’eau, détruire la vie microbienne du sol et perturber l’équilibre naturel des écosystèmes.

En revanche, les engrais naturels, aussi appelés les engrais verts, comme le purin d’ortie, la consoude ou le fumier décomposé, nourrissent le sol de manière durable. Ces solutions naturelles sont non seulement respectueuses de l’environnement, mais elles renforcent aussi la résistance des plantes aux maladies et aux ravageurs, et améliorent la qualité et le goût des fruits et légumes.

9. Privilégier les outils manuels

Il est tentant d’utiliser des outils motorisés pour faciliter le travail au jardin, mais ils consomment souvent de l’essence et émettent des gaz à effet de serre. Optez pour des outils manuels qui ne nécessitent pas d’énergie fossile.

De plus, privilégiez des outils en matériaux durables, comme le bois et le métal, plutôt que des plastiques qui peuvent se casser et polluer. L’entretien régulier de vos outils prolonge également leur durée de vie, réduisant ainsi le besoin de les remplacer.

Moins énergivores et moins polluants, les outils manuels sont l’allié du jardinier écologique.

10. Opter pour un gazon écologique

Si vous avez une pelouse, réfléchissez à son entretien écologique. Limitez l’utilisation de fertilisants chimiques et de pesticides. Tondez avec une tondeuse manuelle ou électrique plutôt qu’une tondeuse à essence. Laissez l’herbe coupée sur place pour qu’elle se décompose et nourrisse le sol (ce qu’on appelle le “mulching”).

Pensez aussi à semer des variétés de gazon adaptées à votre climat, qui nécessitent moins d’eau et d’entretien. Enfin, considérez la possibilité d’inclure d’autres plantes au sein de votre pelouse, comme le trèfle, qui est doux sous les pieds et fixe l’azote, enrichissant le sol.

11. Créer des abris pour la faune dans un jardin écologique

Encourager la faune à visiter et habiter votre jardin renforce l’équilibre écologique. Installer des nichoirs pour les oiseaux, des abris pour les hérissons, des bassins pour les grenouilles et autres amphibiens peut transformer votre espace en un véritable havre pour la biodiversité. Ces animaux aident à réguler naturellement la population d’insectes nuisibles et enrichissent l’écosystème de votre jardin. Par exemple, les grenouilles et les hérissons sont d’excellents prédateurs de limaces et d’escargots.

Hôtels à insectes, nichoirs à oiseaux, abris pour hérissons… En accueillant la faune, vous contribuerez à l’équilibre de votre jardin. Une mare attire une biodiversité incroyable et sert de réservoir d’eau pour les animaux en période sèche.

12. Éviter les produits chimiques

Pour un jardin 100% écologique, dites non aux pesticides et herbicides chimiques. Les pesticides synthétiques, bien qu’efficaces contre les nuisibles, ont des conséquences délétères sur l’environnement. Ils polluent les sols, l’eau, et peuvent nuire à des organismes non ciblés, tels que les insectes pollinisateurs (abeilles, papillons) et d’autres animaux bénéfiques. En outre, leur utilisation régulière peut conduire à l’émergence de parasites résistants.

Au lieu de cela, privilégiez des méthodes naturelles : introduction de prédateurs naturels (coccinelles contre les pucerons, par exemple), utilisation d’insecticides naturels comme le savon noir ou la terre de diatomée, ou encore l’emploi de méthodes de prévention comme la rotation des cultures.

13. Associer les plantes : La compagnonnage végétal

Certaines plantes se protègent mutuellement contre les nuisibles. La culture de plantes compagnes est une technique de jardinage qui consiste à planter ensemble des espèces qui se bénéficient mutuellement. Par exemple, certaines plantes repoussent les nuisibles qui pourraient affecter leurs voisines, tandis que d’autres attirent des insectes bénéfiques ou enrichissent le sol.

Quelques exemples de plantes compagnes :

  • Le basilic, planté à proximité des tomates, repousse certains insectes nuisibles et semble améliorer la saveur des tomates.
  • Les œillets d’Inde sont souvent utilisés pour repousser les nematodes du sol.
  • Les pois et les haricots fixent l’azote dans le sol, ce qui bénéficie aux légumes-feuilles plantés à proximité.
  • La capucine attire les pucerons loin des autres plantes, agissant comme une plante-piège.

L’utilisation de plantes compagnes peut réduire la nécessité d’utiliser des pesticides et des engrais, créant un environnement de jardinage plus naturel et harmonieux.

14. Planter des arbres pour avoir un jardin écologique

Les arbres sont essentiels pour l’environnement. Ils capturent le CO2, fournissent de l’oxygène, offrent un habitat à de nombreux animaux et stabilisent le sol avec leurs racines. Dans un jardin, ils peuvent aussi fournir de l’ombre, un abri contre le vent et de la beauté avec leurs floraisons saisonnières. En choisissant des espèces locales, vous favoriserez la faune native et contribuerez à la régénération des écosystèmes locaux.

Ils offrent de l’ombre, captent le CO2, fournissent des fruits et sont un refuge pour de nombreux animaux. Les arbres sont essentiels dans un jardin écologique.

15. Adoptez la rotation des cultures dans un jardin écologique

La rotation des cultures est une pratique ancienne qui consiste à changer l’emplacement des plantes d’une année sur l’autre. Elle vise à prévenir l’appauvrissement du sol et l’accumulation de maladies ou de parasites spécifiques à une plante.

Par exemple, après avoir cultivé des légumineuses qui enrichissent le sol en azote, vous pouvez planter des légumes-feuilles qui en sont gourmands. Cette méthode permet d’optimiser la santé du sol, de réduire la nécessité d’engrais et de prévenir naturellement les problèmes de nuisibles.

16. Créer un hôtel à insectes

Un hôtel à insectes est une structure conçue pour offrir un refuge à divers petits animaux, principalement des insectes. En fonction des matériaux utilisés (briques, bois, paille, bambou…), il peut accueillir des coccinelles, des abeilles solitaires, des chrysopes et bien d’autres.

Ces insectes sont bénéfiques pour le jardin : ils pollinisent les plantes et chassent les parasites. De plus, l’hôtel à insectes favorise la biodiversité et crée un équilibre naturel dans l’écosystème de votre jardin.

17. Utiliser des Ollas pour arroser écologiquement

Les Oyas sont des pots en terre cuite non vernissée que l’on enfouit dans le sol et que l’on remplit d’eau. Grâce à la porosité de la terre cuite, l’eau s’infiltre lentement dans le sol, fournissant une humidité constante aux racines des plantes environnantes. C’est une méthode d’irrigation par capillarité qui permet une économie significative d’eau par rapport à l’arrosage traditionnel.

Les avantages des Oyas sont nombreux :

  • Ils réduisent le gaspillage d’eau en apportant l’humidité directement aux racines.
  • Ils limitent l’évaporation, car l’eau est délivrée sous la surface.
  • Ils encouragent les racines des plantes à pousser plus profondément en recherche d’eau, ce qui les rend plus résistantes à la sécheresse.
  • Ils limitent le développement des mauvaises herbes, car la surface du sol reste relativement sèche.

18. Surveiller votre jardin pour prévenir des plantes dangereuses

Certaines plantes, bien qu’elles puissent sembler attrayantes ou inoffensives, peuvent être toxiques ou nocives pour la faune locale. Il est essentiel de connaître les plantes que vous introduisez dans votre jardin et de surveiller celles qui peuvent y pousser spontanément.

Avant de planter, renseignez-vous sur les plantes que vous souhaitez introduire. Sont-elles toxiques pour les animaux domestiques ou la faune locale ? Certaines, comme le laurier-rose, peuvent être mortelles si elles sont consommées.

Ensuite, certaines plantes non indigènes peuvent devenir envahissantes et déplacer la flore locale, nuisant à la biodiversité. En les identifiant et en les éliminant rapidement, vous contribuez à protéger votre écosystème local.

Si vous avez des plantes potentiellement nuisibles mais que vous ne souhaitez pas vous en débarrasser, assurez-vous qu’elles ne se propagent pas. Cela peut impliquer de les tailler régulièrement ou de les empêcher de produire des graines.

19. Cultiver en lasagnes pour faire un jardin écologique

La culture en lasagnes est une technique de jardinage qui consiste à superposer différents matériaux organiques (comme du carton, du compost, des feuilles mortes) directement sur le sol, sans labour. Avec le temps, ces matériaux se décomposent pour former une terre riche et fertile.

Cette méthode a l’avantage de supprimer les mauvaises herbes, d’améliorer la structure et la fertilité du sol, tout en réduisant le besoin en eau. De plus, elle est particulièrement adaptée aux sols pauvres ou compacts, transformant n’importe quel endroit en une zone de culture fertile.

20. Limiter l’éclairage nocturne et le bruit

Trop souvent, nous négligeons l’impact de la lumière artificielle et du bruit sur nos jardins. Pourtant, ces deux éléments peuvent avoir des conséquences importantes sur la faune locale et l’équilibre écologique.

De nombreux insectes, comme les papillons de nuit, sont attirés par la lumière, ce qui peut les éloigner de leurs habitats naturels et les exposer à des prédateurs. De plus, certains oiseaux migrateurs utilisent les étoiles pour s’orienter. Une forte lumière nocturne peut les désorienter, les conduisant hors de leur trajet migratoire. Enfin, certains processus biologiques des plantes, comme la photosynthèse ou la floraison, sont régulés par le cycle jour-nuit. Un éclairage nocturne excessif peut perturber ces rythmes.

Il est préférable d’utiliser des luminaires dirigés vers le sol et d’opter pour des lumières à faible intensité.

Mais il faut aussi savoir que les bruits forts et constants, tels que ceux des tondeuses à gazon, des taille-haies ou des appareils audio en plein air, peuvent stresser et effrayer la faune. Certains animaux, comme les oiseaux, peuvent même voir leur comportement de reproduction perturbé.

Utilisez des outils manuels quand c’est possible, limitez l’usage d’appareils bruyants à des heures raisonnables et créez des zones tampons, comme des haies, pour absorber le bruit.

Conclusion

Un jardin qui respecte ses végétaux est bien plus qu’un choix esthétique : c’est un engagement envers notre planète.

Si vous voulez transformer votre espace vert pour créer un jardin 100% écologique, voici nos 20 idées :

  1. Opter pour la permaculture
  2. Choisir des plantes locales
  3. Le compostage : l’or noir du jardinier
  4. Économiser l’eau grâce à la récupération de pluie
  5. Utiliser le paillage
  6. Laisser une partie de votre jardin en friche
  7. Lutter naturellement contre les ravageurs
  8. Opter pour des engrais verts
  9. Privilégier les outils manuels
  10. Opter pour un gazon écologique
  11. Créer des abris pour la faune
  12. Éviter les produits chimiques
  13. Associer les plantes
  14. Planter des arbres
  15. Adopter la rotation des cultures
  16. Créer un hôtel à insectes
  17. Utiliser des Ollas pour arroser écologiquement
  18. Surveiller votre jardin pour prévenir des plantes dangereuses
  19. Cultiver en lasagnes
  20. Limiter l’éclairage nocturne et le bruit

En adoptant ces conseils, non seulement vous contribuerez à la préservation de l’environnement, mais vous profiterez également d’un espace serein, riche en biodiversité et en harmonie avec la nature.

Faites le choix d’un jardinage responsable et profitez des bienfaits d’un jardin véritablement écologique !

La solution pour un arrosage écologique et des plantes heureuses,

Wepot

Partager sur les réseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre devise
CHF Franc suisse
EUR Euro

Téléchargez dès maintenant notre ebook gratuit

jardin en Permaculture

Et découvrez comment créer un jardin écologique, sain et productif !

-20% de réduction pour découvrir nos ollas, ça vous tente ?

Code promo : OLLA2024

La solution pour arrêter de tuer vos plantes pendant vos vacances

fonctionnement olla